7 milliards d’humains sur terre: vivre dans l’incertitude

Ça me renverse. Je ne suis pas une spécialiste de la démographie, mais comment peut-on affirmer si assurément que nous serons 7 milliards sur terre lundi? Comment peut-on affirmer que je suis exactement la x milliardième personne sur terre? Manque-t-on de discernement à ce point? Ce qui me renverse c’est la crédulité que nous adoptons parfois face aux «informations» véhiculées dans les médias, notamment dans Internet mais pas seulement, et l’attitude en général que nous avons face à «la» science et surtout les chiffres sur lesquels une certaine science s’appuie.

Faisons un petit tour :

«La population mondiale, aujourd’hui de 7 milliards, devrait dépasser 10 milliards d’ici 2100, voire les 15 milliards si les taux de fertilité s’avèrent un peu plus élevés, selon un rapport des Nations Unies publié mercredi à Londres.»

La Presse.ca, selon l’Agence France-Presse

Publié le 26 octobre 2011 à 08h06

«C’est le 31 octobre prochain que la population mondiale passera à 7 milliards d’habitants. Dans un rapport de l’ONU, intitulé « État de la population mondiale 2011 » et publié mercredi à Londres, des démographes soutiennent que la population de la planète dépassera certainement les 10 milliards d’habitants et pourrait même atteindre 15 milliards de citoyens à la fin du siècle (2100).»

Radio-Canada.ca

Mise à jour le mercredi 26 octobre 2011 à 19 h 59 HAE

«Le cap des 7 milliards d’hommes sera franchi entre fin octobre et début novembre. L’institut national des études démographiques (INED) confirme dans une étude publiée jeudi les estimations de l’ONU».

Le Figaro.fr

«Le monde franchira lundi le cap des sept milliards d’habitants, selon les estimations de l’ONU, qui souligne à cette occasion les inégalités croissantes sur la planète et le nécessaire partage des richesses pour y remédier. […] Pour l’anecdote, le Bureau américain du recensement estime lui que le cap des 7 milliards ne sera franchi que le 12 mars 2012.»

Le Point.fr, citant AFP

Publié le 30/10/2011 à 11:33 – Modifié le 30/10/2011 à 13:16

«Ça y est, nous sommes 7 milliards. Notre planète a franchi la barre des 7 milliards d’habitants. En 2050, nous serons 9 milliards, peut-être 10.»

L’Express.fr

publié le 29/10/2011 à 10:13

«Selon les calculs de l’ONU, la population mondiale doit dépasser le seuil symbolique des 7 milliards d’habitants le 31 octobre. Un rapport du Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa), publié mercredi 26 octobre, va plus loin et prédit que le nombre d’être humains sur Terre pourrait dépasser 10 milliards d’ici 2100, voire même les 15 milliards si les taux de fertilité se révélaient un peu plus élevés que les prévisions actuelles»

Le Monde.fr

Vous voulez encore un peu plus de chiffres, hors contexte, calculés par des entités inconnues, abstraites et donc objectives, renvoyant à une réalité bien cernée, calculée et contrôlée, réduite à un chiffre et donc une moyenne?

Extrait de cette vidéo:

«And nearly everywhere, we’re living longer. In 2010, the average person lived 69 years. In 1960, the average person lived 53 years.»

Où vit-elle cette personne moyenne? Quel est son rang exact dans l’évolution de la population mondiale?

«En Europe du Nord, le nombre des plus de 60 ans n’a cessé d’augmenter ces vingt dernières années, porté par une espérance de vie estimée à 80 ans, contre 54 ans en Afrique sub-saharienne.»

Le Point.fr

Vous voulez connaître votre numéro? Ayant ainsi un rang attribué, vous allez vous sentir rassuré sur votre propre existence, par la prétendue exactitude de «la» science et de la gestion du monde?

«Describe yourself. By providing your basic demographic information, you can find out where you fit in in this world of 7 billion. »

7 billion and me, site de l’UNFPA/INED

Vous avez enfin trouver «votre» place dans ce monde? Quelqu’un a les données démographiques d’Ovide Plouffe, ça pourrait atténuer son mal de vivre?

Enfin, je ne nie pas l’importance de franchir le cap des 7 milliards de personnes et des enjeux que cela nous pose. J’en ai plus après la façon de communiquer ces informations. Les chiffres ont cette apparence d’abstraction et de  vérité, qu’on oublie qu’ils sont créés, produits quelque part par des personnes. Je reprends ici quelques leçons de rigueur qu’on m’a enseignées au sujet des propositions idéologiques:

  • Qui dit quoi à qui?
  • Qui pourrait dire le contraire à qui?
  • Quelle sorte d’ordre social est légitimé par cette connaissance et qui peut être avantagé ou désavantagé pour cet ordre?
  • Y a-t-il eu des moments dans l’histoire où cette [information] était loin d’être évidente?
  • Y a-t-il des cultures ou des sous-groupes où cette [information] est loin d’être évidente?
  • Qu’est-ce qu’on me demande de faire quand on me parle ainsi?

À titre d’exercice, je prendrai l’affirmation d’un Lio Kiefer et du Devoir, décidant de mettre en exergue cet extrait de la chronique de la semaine passée:

«On me demande souvent si je connais des émissions de radio ou de télé dans le monde, qui parlent du monde. [… ] à Radio-Canada, il y a depuis la rentrée de septembre une émission [… ] un voyage vers diverses destinations, alimenté par des chroniqueurs et des invités autres que les sempiternels profs d’université qui ont des idées sur tout, mais surtout des idées.»

Qui dit quoi à qui? Qui pourrait dire le contraire à qui? Quelle sorte d’ordre social est légitimé…? Parlez-vous du «prof d’université» moyen ici? Il n’existe pas. Si certains ont des idées sur tout, d’autres ont surtout beaucoup de questions. Ça me semble la base d’une saine hygiène de vie mentale afin de ne pas prendre pour vérité n’importe quelle information véhiculée dans les médias. Derrière ces informations il y a toujours quelqu’un quelque part qui les produit et qui les écrit. M. Kiefer, vous avez omis de mentionner que vous êtes un collaborateur de cette si bonne émission.

Si les chiffres et les informations nous aident à comprendre le monde dans lequel on vit, je crois qu’ils ne sont toujours que des constructions humaines, des connaissances produites, relativement fiables, mais toujours incertaines. Pour ma part, je fais plus confiance à une incertitude avouée qu’à une affirmation désincarnée.

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Société, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s