L’éveil des sens: la vue

Tourbillon de la vie

Nouvelle expérience sensorielle privilégiée, voire rêvée. I. m’a demandé d’être son «oeil extérieur» pour son projet incubateur, réalisé dans le cadre de sa première session à LADMMI. Privilège d’entrer non pas dans la tête des danseuses, mais peut-être un peu dans celle de la chorégraphe. Une occasion de me familiariser avec ce mystérieux processus créatif. Tout processus me fascine, en particulier les processus d’interaction, d’adaptation, de transformation, d’apprentissage. Mais j’avoue que le processus artistique revêt une aura particulière, en exploitant, outre l’univers intellectuel, l’univers sensoriel. D’ailleurs, je me demande si le mouvement n’est pas un sens en soi. Un sixième sens.

Bref, ce weekend j’ai été l’«oeil extérieur», toute investie à observer le mouvement de ces jeunes danseuses et à comprendre l’intention de la chorégraphe en herbe. Qu’a-t-il donc vu, cet oeil?

Chin Mudra

Une jeune fille pleine d’assurance et pourtant pleine de doutes. Je parle d’une des cinq danseuses ici. Derrière une image extérieure déterminée, voire agressive, des mouvements nettes, géométriques, droits, rapides et brusques, se cache aussi une femme qui s’observe, se scrute, se questionne.

J'ai décidé de m'regarder
De m'éplucher dans le miroir*

Chacun de ses gestes déclenche un mouvement, un mouvement de pensée, furtif, puis un autre et un autre qui jaillissent, qui s’épient, qui se répulsent. Les mouvements se font graduellement plus amples, plus fluides, plus ondulants. Et imperceptiblement, ils s’emballent, puis se dissipent. Pourtant, une pensée persiste en elle, s’insinue doucement et finit par naître, par éclore péniblement.

Des tourbillons jaillissent en elle, s’entrechoquent, se provoquent, se bousculent. Dans un jeu d’extensions, d’expirations, d’alternances entre des mouvements rapides et soudains, et leurs prolongements amples et lents, elle est tout à coup emportée, confrontée à elle-même, confrontée aux autres. Chacune de ses pensées, chacune de ses personnalités se bataillent une place en elle. Elle se défile, elle se casse, elle se liquéfie. Relève-toi, tiens-toi, assume-toi. Regarde-moi. Regarde-toi. Accepte-toi. Tel que tu es.

Je vais m'envoyer des fleurs [...]
Des roses pour me féliciter d'être moi*

Tout ce sens, ce n’est que moi qui l’ai vu, qui l’ai perçu, qui l’ai créé. Et c’est pourquoi j’aime la danse. Il y a parfois des liens qui se font au-delà de la volonté du créateur, mais qui font sens pour le spectateur. Coïnci-danses.

Le Chin Mudra représente l’union de la conscience cosmique avec la conscience individuelle. L’index représente la conscience individuelle et le pouce la conscience cosmique. Les trois autres doigts symbolisent les trois Gunas, les trois qualités fondamentales du monde (Rajas Guna – Activité, agitation; Tamas Guna – Paresse, ignorance; Sattva Guna – harmonie, clarté). Le but du Yogi est de s’élever au-dessus des trois Gunas et de s’unir avec le Moi cosmique.

Yoga in Daily Life

Je termine ainsi cet article, laissant mes pensées en suspens, comme cette chorégraphie, comme la vie, pleine de promesses, mais toujours inachevée, parce que processus.

* Paroles de la chanson «M’envoyer des fleurs» de Sandrine Kiberlain.

Publicités

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Danse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour L’éveil des sens: la vue

  1. Ivanie dit :

    Exploration du regard, mais aussi de la vision, des perspectives et des perceptions. Les yeux parlent et expriment ce que l’on vit. À travers mon processus, j’ai vu des regards passionnés, curieux, inquiets, interrogés, stressés, fiers et confiants. J’avais une vision de la pièce qui a changé puisque les danseuses m’ont fait découvrir différentes perspectives en interprétant à leur façon ce que je proposais. Et tu es mon oeil extérieur qui a amené une nouvelle perspectives à la pièce. Demain, à la présentation, je ferai en sorte de découvrir les divers perceptions des spectateurs face à mon projet. C’est alors demain que mon exploration sera achevé.

    Voilà la vision de la jeune chorégraphe I. :
    «Un regard fuyant pour voiler aux autres la profondeur de l’être. Un regard franc et criant dédié à soi qui s’avoue ses peines. La peine de se sentir seul. Et quelque chose a remonté à la surface. Quelque chose d’incompréhensible.

    J’ai perdu la boule.

    Perdre la tête pour perdre ce qui serre la gorge. Gagner à dévoiler mon être véritable, qui ronge mon intérieur puisqu’il y est inconnu. Il espère simplement naître et visiter l’extérieur. Alors il sort et je perds l’équilibre. Et l’oeil extérieur est venu me voir. Il m’a ramené à moi-même. À cet instant, je me suis regardé en face et je ne voulais plus cligner des yeux. »

    Merci Annie. Pour tout.
    Je réclame ton regard extérieur pour mon prochain processus créatif.

  2. Chère Ivanie,
    avec cette réponse, tu me fais entrer encore un peu plus dans ta tête et dans ton coeur.
    Peut-être faut-il dans la vie ces deux mouvements ? Se projeter à l’extérieur de soi et faire entrer autrui un peu plus en soi.
    Je suis émue, je suis émerveillée.
    Tu me fais rêver et je suis choyée : m’initier au processus artistique et initier une correspondance.
    J’espère que l’exploration reste inachevée, pour qu’il y ait toujours une suite à poursuivre.

  3. Ping : Projets incubateurs: temps suspendu, mains tendues | Curieuse d'idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s