Un bon Cru d’automne…

Je serai brève ce soir. Je suis crevée, un petit mal de tête. Journée pluvieuse, noirceur impérieuse. Je veux aller me coucher. Mais avant, un petit mot sur le spectacle de ce soir: Cru d’automne 2011 des étudiants de 3e année de LADMMI.

D’abord la salle. Je n’ai pas fini de découvrir de nouvelles salles à Montréal. Cette fois, le Théâtre Rouge du Conservatoire d’art dramatique. Quelle belle salle et surtout quelle belle scène! Avec un beau plancher lustré qui fait miroiter les mouvements des danseurs.

Ensuite, trois chorégraphies, pleines d’ingéniosités qui mettent bien en valeur les 16 finissants. La première, de Lisa Vachon, à mon avis la plus intéressante sur le plan formel. Beaucoup de mouvements esthétiques d’une telle fluidité, tout en étant marquée par tant de cassures. Les 8 danseuses sont à la fois légères et graves. Je n’ai pas compris la «cassure» justement entre la partie centrale (costumes beiges) et la partie finale (robes du soir noires), mais c’est un détail. La deuxième, de Sasha Ivanochko, la plus fascinante pour l’interprétation des 8 autres danseurs, en duos. Même si présentant, sous plusieurs aspects, des éléments caricaturaux et déjà exploités du «couple», les interprètes ici jouaient bien leur jeu: l’amour charnel, l’amour passionnel, l’amour folie, l’amour fusionnel. Ce numéro, justement, des «jumelles» fusionnelles fut très réussi sur le plan de l’interprétation et de la recherche dramatique, sauf la finale. Toutefois, bravo aux interprètes! La troisième chorégraphie, de Marc Boivin, rassemblait l’ensemble des danseurs. J’ai aimé les jeux de masse, même s’il manquait un peu de synchronisation;  voulu, pas voulu, la question est ouverte. Les moments au sol aussi étaient très intéressants. Ils sont d’ailleurs rares, me semble-t-il, ces temps-ci en danse contemporaine. Dans cette salle, si en plongée, c’était un espace idéal pour les apprécier. Beaucoup de changements de tons, qui en offrent pour tous les goûts. L’image qui me reste, les entrées et les sorties continuelles, si naturelles. Et l’image de la fin, inhabituelle: des guerriers, bras tendus, points fermés, en diagonale.

Je m’en voudrais de passer sous silence les magnifiques costumes, de Marie-Claude Jalbert et Angela Rassenti, et les éclairages, de Karine Gauthier.

Une belle soirée! Vivement la prochaine, puisque ce soir, c’était la dernière représentation. Je vous laisse sur un court extrait de la dernière chorégraphie.

Bravo aux interprètes, parce qu’on les nomme si peu souvent: Vanessa Beaupré, Michelle-Ange Bélanger, Claudie Bilodeau, Marie-Ève Courchesne, Alexandre Fleurent, Anabel Gagnon, Marie-France Jacques, Josia Laberge, Évelyne Laforest, Laurie-Anne Langis, Victoria Mackenzie, Alexia Martel, Jason Martin, Louis-Elyan Martin, Nadège St-Arnaud, Julie Tymchuk.

MàJ 16 décembre 2011. En complément de programme, un court métrage de Christian Lalumière Training session, une chorégraphie de Hélène Blackburn, avec Roxane Duchesne-Roy, Daphnée Laurendeau, Pierre Lecours, Susan Paulson, Georges-Nicolas Tremblay. Très léché. Diffusé depuis le 13 décembre sur Tou.tv.

Publicités

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Danse, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s