Plats D-E-F: nouvel opus vraiment (ré)jouissant!

Samedi dernier, un nouvel opus de notre version des Chefs!: un combat de cuisine ludique. Initialement, on devait créer un plat avec trois aliments commençant par la même lettre. Nous avons fait les plats A, les plats B et les plats C. Trouvant le choix des aliments D un peu limité, nous avons décidé d’adapter la formule: trois aliments commençant par la lettre D, E ou F. Il s’agit aussi d’un nouveau cycle, puisque, à tour de rôle, chacun de nous trois a cuisiné une entrée, un plat principal et un dessert. Je me retrouvais donc à nouveau avec l’entrée à faire avec des aliments D, E ou F. On s’était vaguement parlé du samedi, on s’est confirmé le rendez-vous officiel la veille au soir. Bref, peu de temps pour se préparer. Ayant aussi d’autres tâches à réaliser le samedi, il fallait donc une idée simple qui se réalise en quelques heures. Idée de départ, une recette que je fais régulièrement: une tarte au vert (eh oui!, c’est comme ça que ça s’appelle). J’avais déjà un aliment de la lettre E, épinard, et un autre en remplaçant le gruyère par l’emmenthal. (J’avais aussi eggs, mais je n’y ai pas pensé avant que chef C., le souligne en essayant d’identifier les trois lettres de mon plat.) Voici donc la version traditionnelle.

Au pire, j’allais me retrancher sur cette version, en ajoutant un salade froide d’édamames (puisque je n’avais pas pensé aux eggs), j’avais mes trois aliments E. Je me suis mise à réfléchir à la façon de faire une présentation plus gastronomique de cette recette de base. J’ai donc pensé à la fameuse phrase de Pinard: déconstruire le plat. Qu’est-ce que j’avais? 1) une pâte feuilletée; 2) des oeufs, de la crème, du fromage; 3) des épinards; 4) des pignons de pin grillés et quelques olives pour décorer. J’ai feuilleté quelques livres de recettes à la maison pour jeter un coup d’oeil à la présentation de plats, le volet que je trouve le plus difficile dans cette aventure. Peu à peu, les idées se sont mises en place et les petits détails ont commencé à prendre forme, inspirés, notamment, du fameux dessert chez Toqué! J’ai décidé de faire des étages et d’ajouter quelques éléments surprenants (enfin, c’était le souhait). Premier étage: pâte feuilletée découpée à l’emporte pièce. Deuxième étage: le mélange d’oeufs, de crème et d’emmenthal, cuit au four dans de petits ramequins au bain-marie, parfumé à l’aneth (dill), parce que je voulais tout de même avoir un aliment commençant par la lettre D. Troisième étage: les épinards, juste tombés comme je les aime dans un filet d’huile d’olive parfumée avec une gousse d’ail, et les pignons de pin grillés. Ensuite un petit filet de quelque chose d’intrigant (pesto d’épinard et de coriandre), de façon à pouvoir y tremper, de temps en temps, une bouchée. C’est le principe que j’avais retenu du dessert tant aimé chez Toqué!: chaque aliment est bon en soi, mais la composition de deux ou trois ensemble crée un nouveau goût, une surprise! Des petits monticules de crème fouettée nature, aussi pour composer chaque bouchée à son goût, et des petits éléments mystérieux, mi-croustillants, mi-caramélisés. Chefs C. et G. ont été aussi surpris que je l’avais été quand ils les ont vus et goûtés: chocolat? raisin sec? Eh non, les fameuses olives kalamata séchées! En accompagnement, la  salade d’édamames, froide, pour faire contraste avec le chaud et le moelleux de la «tarte déconstruite», tout simplement composée d’édamames, d’oignon espagnol, de coriandre fraîche, d’aneth frais, de vinaigre de riz, d’huile d’olive et de sel de Guérande. Voilà le résultat. Bon c’est trop copieux pour une entrée, je me le serais fait reprocher par les juges des Chefs! Mais mes juges à moi, chefs C. et G., ont considéré, somme toute, que le plat était léger,  pas trop bourratif pour une entrée. Mis à part les épinards qui étaient froids, le pesto qui n’était pas assez allongé et une erreur qui n’a pas trop déplu (quelques gouttes d’une huile rancie), j’étais bien contente du résultat. J’ai été très excitée par cette idée qui a mûri au fil de la journée et surtout par les kalamata qui ont été si faciles à faire et qui apportaient cet élément de surprise. En accompagnement, j’avais opté pour un vin blanc, Les Fiefs d’Aupegnac, Saint-Chinian 2011, qui s’est avéré un bon choix… fait à l’aveuglette!

Chef G. nous avait aussi réservé une surprise: de la dinde qui se présente, à s’y méprendre, comme un osso bucco! Voyez la photo: une cuisse coupée en deux, bien caramélisée et cuite à l’autocuiseur. Un bouillon qui nous a ravis. En accompagnement: épinards, endives, brocoli, oignons verts et amandes effilées grillées. Autre élément de surprise: une béchamel aux foies de volaille bien onctueuse. La dinde nous a si impressionnés que nous nous sommes promis de la refaire ainsi! En accompagnement, un délicieux vin rouge: Château Roland La Garde Prestige Premières Côtes de Blaye 2008.

Chef C. nous a concocté un savoureux dessert: un carré aux dattes, dont la garniture croustillante comprenait du sirop d’érable et de la farine. Servi avec une belle cuillérée de yogourt grec si onctueux, quelques bleuets et de petits pétales de fleurs d’oranger en confiture (qu’une connaissance libanaise m’avait offerte de retour du pays et que j’ai partagée avec eux). Bien équilibré en sucre, en croustillant et en moelleux. En accompagnement: une tisane de DAVIDsTEA.

Cette fois, on n’a pas attendu que la petite terreur soit couchée pour commencer le repas. Donc, le cher Loulou, fin gourmet à moins de deux ans, voulait goûter à tout! Puisque la dernière fois, il avait fallu user de ruse pour le détourner des olives, je suis arrivée avec un  cadeau indirectement pour lui : un dénoyauteur à olives pour qu’il puisse les manger entières, sans risque de s’étouffer. Chef G. a aussi bien apprécié le cadeau! Et nous avons tous été réjouis par cet opus de notre défi amical, de l’avis des trois, le plus réussi jusqu’à maintenant! Enthousiastes, nous planifions une prochaine rencontre avant un mois! À suivre…

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Cuisine ludique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s