100e jour de grève: mais où est Charest?

Je suis allée à la manifestation aujourd’hui. Je n’étais pas seule! J’y ai croisé un collègue avec sa femme et sa fille de 5 ans qui avait fait sa pancarte. Elle avait peine à croire qu’on en était à 100 jours de grève. 100 jours? C’est beaucoup! Oui, Adèle, c’est beaucoup. J’y ai croisé un collègue de Sherbrooke, une ancienne voisine et son copain, un ami d’amis, une ancienne étudiante devenue enseignante. J’y ai vu Léo Bureau-Blouin, Amir Khadir, Dominic Champagne. De très jeunes citoyens sur les épaules de moins jeunes. J’y ai côtoyé des milliers d’étudiants avec leur masque, leur maquillage, leurs instruments, leur tambour, leur trompette, leur caméra, leur téléphone cellulaire, leurs pancartes, leurs slogans imaginatifs.

Je pense donc je nuis.

Je manifeste pour le droit de manifester.

Nous étions des centaines de milliers, j’en suis certaine, à exprimer notre profond désaccord envers cette loi insensée… À promouvoir la démocratie et l’éducation. Quelles valeurs plus nobles peut défendre un peuple? J’ai été émue à plusieurs reprises pendant ces trois heures de marche, calme, animée, enthousiaste. J’ai été émue en voyant le boulevard René-Lévesque envahi, à perte de vue, devant et derrière moi. Encore plus émue, en parcourant la rue Berri, rouge de monde jusqu’en haut du viaduc rue Sherbrooke et pareillement, jusqu’en bas de la côte, aussi loin qu’on pouvait voir, sur René-Lévesque. C’était émouvant, j’en vibre encore. Toute cette énergie, cette mobilisation, cette solidarité. C’est encourageant.

Et décourageant. Pendant ce temps où est Charest? Qu’est-ce que ça va lui prendre pour comprendre que cette Loi spéciale, ce n’est pas la solution? Il enverra Michelle Courchesne au front, laquelle ne donne pas d’entrevue aujourd’hui? Elle a perdu les numéros de téléphone des représentants? Que fera le gouvernement? Combien de temps durera ce dialogue de sourds, cette obstination?

Dimanche, j’ai commencé Journal d’un corps de Daniel Pennac. Quelques extraits font écho à ce qui se passe ici, résonnent dans mon corps :

Ce que je retiendrai de cette dispute, ce ne sont pas nos arguments [… ] , c’est le réflexe d’Étienne, qui a saisi la longue règle du tableau pour enfoncer un bout dans mon estomac et l’autre dans le sien. Chaque fois que l’un de nous deux, poussé par la force de sa conviction, marchait vers l’autre, la règle s’enfonçait dans nos deux abdomens. Douloureux! Si nous reculions, la règle tombait. Fin de la discussion. Voilà ce qu’on appelle tenir des propos mesurés. Système à breveter.

p. 94

Nous [les résistants français], c’était l’esprit qui était mobilisé. Quelque nom qu’on lui donnât, l’esprit de révolte, le patriotisme, la haine de l’occupant, le désir de vengeance, le goût de la bagarre, l’idéal politique, la fraternité, la perspective de la libération, quoi que ce fût, cela nous gardait en bonne santé. Notre esprit mettait notre corps au service d’un grand corps de combat. Cela n’empêchait évidemment pas les rivalités, chaque tendance politique préparait la paix à sa façon, se faisait son idée de la France libérée mais, dans le combat contre l’envahisseur, la Résistance, pour diverse qu’elle fût, m’a toujours semblé ne faire qu’un seul corps.

p. 115

Aujourd’hui, en ce 100e jour de grève, un seul corps, un seul coeur a marché pour le droit à l’éducation, pour que le peuple, dans la rue, soit la démocratie. Le peuple a parlé. Va-t-on l’écouter? Sinon quoi?

À 20h, j’étais sur mon balcon, avec ma cuillère et ma casserole! Nous étions quelques-uns sur notre rue: mon jeune voisin d’en face, un autre plus loin que j’entendais mais que je ne voyais pas et ma voisine d’à côté. Nous avons tambouriné pendant 15 minutes sur Nos casseroles contre la Loi spéciale.

Publicités

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s