L’envie absolue de créer: 3 documentaires sur l’art

J’avais loué 3 DVD vendredi soir à la Boîte noire, au cas où… J’allais rejoindre une amie avec du poulet Romados pour souper. On ne les a pas regardés vendredi soir, trop de choses à placoter. Pas vus non plus durant le weekend, il faisait trop beau ou j’avais trop de ménage. Lundi soir, last call.

des gens sans éducation artistique dominés par l’envie absolue de créer. […] Confrontés aux jugements de leurs concitoyens, ils doivent vivre en marge d’une société qui cherche à tout prix à les isoler.

Film magnifique d’humanité. J’envie leur besoin de créer… et leur ténacité à le faire, envers et contre tout.

  • Achever l’inachevable de Jean Bergeron, sur une oeuvre volontairement inachevée de Escher. J’ai commencé à regarder le film et j’avais vaguement l’impression de l’avoir déjà vu… en partie. C’est également ce qui est arrivé cette fois-ci. Je me suis endormie. Thème intéressant, propos un peu pompeux… du moins, trop après avoir vu le film précédent. On peut visionner un extrait ici.

Franchir le mur de l’infini: une fusion entre les formidables intuitions d’un artiste et d’un mathématicien… En 1956, l’artiste hollandais Maurits C. Escher met les lois de la perspective au défi dans Exposition d’estampes, mais se heurte à un mur impossible. Ce chef d’oeuvre inachevé devient vite la plus impénétrable énigme de l’art contemporain, tant pour les artistes que les scientifiques. Un demi-siècle plus tard, le mathématicien Hendrick Lenstra surprend tout le monde en jetant un pont fantastique entre l’intuition de l’artiste et la sienne, fracassant le mur de l’infini! Assistez en direct à cette spectaculaire rencontre visuelle entre l’art et la science, au coeur de la magie de l’intuition humaine.

  • Who gets to call it Art? de Peter Rosen. Comme je ne l’ai pas vu, il était rendu trop tard, je reproduis ici le résumé. J’ai aussi cherché dans le site de Arthouse films, je n’ai pas trouvé, mais il faut que je fouille ce site, une mine d’or de documentaires sur l’art. C’est eux qui ont produit aussi Herb and Dorothy.

Who Gets to Call it Art? is a wild ride through the fascinating 1960’s New York art world, seen through the eyes of the first « contemporary art » curator for the Metropolitan Museum of Art, Henry Geldzahler. Exclusive footage of artists including Andy Warhol, Jasper Johns and Roy Lichtenstein, and interviews with artists Frank Stella, David Hockney, John Chamberlain, Francesco Clemente, Mark Di Suvero, Ellsworth Kelly, Larry Poons and James Rosenquist provide an inside look at one the the most creatively fertile periods of American Art. Geldzahler had an unsurpassed eye for spotting talent and was the curator responsible for « New York Painting and Sculpture 1940-1970, » the largest exhibit of modern art ever shown at the Met. With music from period, including The Velvet Underground, Can, Eric Dolphy, and The Monks, director Peter Rosen’s Who Gets to Call it Art? presents a vibrants look at ten amazing years when American artists challenged everything and forever changed the world of art.

 

À (re)voir!

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’envie absolue de créer: 3 documentaires sur l’art

  1. Ping : Encore du bon cinéma à 30000 pieds… | Curieuse d'idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s