RIDM: documentaires frappants

Un samedi après-midi de fin novembre, je commençais mon programme de documentaires sélectionnés dans le cadre des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM). J’en parle juste maintenant, par manque de temps. Quel est l’intérêt pour vous? Certains de ces films seront bientôt disponibles dans le nouveau site Excentris/ONF. Je viens de revoir Leviathan avec trois amis, chez l’un d’eux qui a un projecteur. C’est comme si on y était et, dans le cas de ce film, on ne peut pas mieux dire. Pour moins de 6 dollars (à 4, ça ne revient vraiment pas cher), nous avons eu accès à un excellent documentaire. Retour donc, sur ma sélection du RIDM, presque 3 mois plus tard.

    • Finding Vivian Maier. Quel documentaire intriguant, rafraîchissant, stimulant sur plusieurs plans. Il nous fait découvrir une photographe obscure, Viviane Maier. Une personne compulsive, mais discrète. Une nanny, gardienne d’enfants (ou de personnes âgés), qui se consacre corps et âmes à la photo (surtout noir et blanc, un peu de couleurs, un peu de films super 8). C’est aussi l’histoire de John Maloof, un jeune écrivain qui achète une malle pleine de photos et de négatifs pour s’aider à écrire un livre historique. Un peu à la manière du syndrome de Stockholm, Maloof tombe en amour avec son «bourreau», ce personnage énigmatique qui se cache derrière toutes ses photos et emprunte, lui-même, une tendance compulsive. Il achète tout ce qu’il peut trouver sur elle et archive tout ce qu’il trouve, allant, bien sûr des photos aux notes, aux factures, aux billets de transport, etc. Il remonte le fil de cette existence derrière l’objectif qui a pris tant de photos de personnes de la marge. De magnifiques photos en noir et blanc dont la valeur artistique tarde à être reconnue par «le monde de l’art» institutionnel. Des réflexions justement sur l’institution de l’art, sur les raisons de faire de l’art, sur le statut social de nanny, etc. Le documentaire est drôle, fascinant et comporte un brin de suspens. On voit les photos magnifiques de Vivian Maier, mais on n’est jamais rassasié. Du billet qu’il poste dans un site de Street Photographers pour savoir que faire avec ces photos récemment achetées au succès des expositions qu’il a finalement pu réaliser (et réalisent toujours), on suit en parallèle le parcours de ce jeune dans son enquête sur le parcours de cette photographe atypique. Pour me rassasier un peu plus des photos, je suis allée voir le site, bien sûr, de Vivian Maier et j’ai déniché deux livres de la photographe à la Grande bibliothèque. Je les ai réservés, tout les deux étaient empruntés. J’attends toujours de pouvoir les emprunter pour prolonger la fascination.
  • Dimanche, une tout autre expérience. J’étais intriguée par la forme du documentaire Ceci n’est pas Embres. J’ai obtenu deux films pour le prix d’un, puisque Geld.gr – Money and the Greeks était présenté durant la même projection. Les deux «films», on pourrait dire des documentaires interactifs, ont en commun d’avoir été créés avec le système Korsakow. Ainsi, la projection avait ceci de particulier que des pointeurs laser ont été remis à certains spectateurs et qu’à différents moments, ils effectuaient des choix pour la suite de la projection. Je ne suis pas convaincue de l’ajout de cette interactivité en salle de cinéma, non plus qu’à la maison, que j’ai explorée déjà l’interaction de différentes façons avec des projets en ligne de l’ONF.
  • Leviathan. À l’inverse des deux précédents, j’ai adoré la forme de ce documentaire. Alors que le sujet, la pêche en mer à bord d’un chalutier ne me touche pas particulièrement, voire me rebute, la façon de le traiter nous permet d’entrer dans l’univers particulier de ces hommes. La causerie avec l’un des deux réalisateurs à la fin de la projection a été des plus intéressantes. En fait, on comprend que la forme épouse le sentiment qu’ils ont eu, la peur, la première fois qu’ils ont embarqué en mer avec ces pêcheurs. Il s’agit d’un projet effectué dans le cadre du Sensory ethnography Lab, «le centre de recherche d’Harvard, qui propose de redéfinir les liens entre l’ethnographie visuelle et l’innovation esthétique». Réussi. Extrait et entrevue avec les co-réalisateurs.
  • Québékoisie. Mercredi 20 novembre. Je suis allée voir ce documentaire avec mes deux neveu et nièce et la copine du neveu. Salle pleine, avec raison. Un jeune couple de Québécois part à la découverte d’un peuple inconnu, invisible dirait Richard Desjardins. Les personnes des Premières Nations du Québec. Ils partent de Québec à vélo et roulent sur la côte nord du fleuve, à la rencontre des gens de ce continent. Tout y passe, et d’abord, les nombreux préjugés à leur égard: des sauvages, parce qu’ils mangent de la viande sauvage, des paresseux qui se font vivre par l’état… On se dit que le documentaire commence bien mal. On remonte même l’histoire du policier qui a été tué dans le crise d’Oka, grâce au témoignage de sa soeur, qui s’avérera fascinante (elle a traduit le livre At the wood’s edge – À l’orée des bois – sur l’histoire de Mohwaks). Et le documentaire déconstruit plusieurs mythes, notamment celui que «nous» n’avons rien à voir avec «eux». En fait, ce «nous» est génétiquement constitué de plusieurs ancêtres autochtones. Et ce «eux», surprise, sont, pour certains, héritiers de colons européens. Une main tendue à saisir. Le film est présentement à l’affiche au Cinéma Beaubien. Essentiel.

Québékoisie (bande-annonce) from MÖ FILMS on Vimeo.

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s