Alex marche à l’amour: le grand chavirement

je suis au centre du monde tel qu’il gronde en moi
avec la rumeur de mon âme dans tous les coins
Gaston Miron, La marche à l’amour

Précipitez-vous à Excentris, demain, dimanche 16 février pour la dernière représentation en salle du film documentaire charge émotionnelle incroyable Alex marche à l’amour. En sortant de la représentation, j’ai pris une grande marche dans le froid et la blancheur de Montréal. J’entendais mes pas sur la neige fraîche, j’entendais ma respiration que je devais prendre grande. J’en suis encore tout chavirée. Vous en parlez est presque un blasphème.

Un comédien part à la conquête de lui-même, de son pays l’Abitibi et du poème de Gaston Miron, La marche à l’amour. Sept cents kilomètres de labeur et soixante-dix-neuf minutes de grâce. Ça ne dure pas longtemps la grâce, dit le comédien dans le film, quelques secondes. Eh bien, l’instant du film, il suspend le temps pour nous.

J’ai lu le poème de Gaston Miron en attendant la représentation. Je commence à peine à m’initier à la poésie. Voilà quelques temps, au retour de mon voyage peut-être, j’avais acheté L’homme rapaillé. Par volonté, peut-être, de m’approprier mes racines, mon territoire et aussi, un peu de poésie. Le livre trône sur ma table de chevet. Il prend plus souvent la poussière que les pages ne voient la lumière. Mais il est là, à côté de moi. Parfois je l’ouvre et je lis quelques lignes. Je suis éblouie par la langue, un peu dépassée aussi. J’ai donc lu les fragments de La marche à l’amour avant la représentation, dont un des poèmes s’intitule La marche à l’amour. J’ai tout lu. Lentement, parfois déboussolée par l’inventivité du poète, dépassée par le sens caché.

tu es ma réconciliation batailleuse
mon murmure de jours à mes cils d’abeille
mon eau bleue de fenêtre
dans les hauts vols de buildings
mon amour
de fontaines de haies de ronds-points de fleurs
tu es ma chance ouverte et mon encerclement

Gaston Miron, La marche à l’amour

Énigmatique. Comment Miron fait-il? Comment produit-il ces images, ces contrastes? Difficile donc d’apprendre ce poème écrit par un poète en peine d’amour. Encore plus difficile quand le comédien marche dans ses pas dans le même état. À l’origine de ce projet, Alexandre Castonguay, le comédien, veut prendre du recul et aller à la rencontre des gens. C’est exactement ce qu’il fait, avec beaucoup de tendresse, ce qui m’a fait penser au film vu récemment La tendresse, mais en force émotive décuplée. Alors que le film belge était tout en retenue, le documentaire québécoise, sinon abitibien, est un All in, comme dit Castonguay dans le film, c’est-à-dire comme quand on mise tous ses jetons sur la même mise au poker. All in. Il a tout donné, tout remis en question, tout ressassé, tout reconsidéré.

Qu’est-ce que l’amour, demande-t-il aux passants, jeunes, vieux, hommes, femmes, adolescent, voire silencieusement au bébé dans ses bras. Il le demande même aux arbres, juché sur un poteau d’Hydro.

La réponse ne se trouve pas dans un poteau d’Hydro, conclut-il.

Les réflexions du comédien se font presque aussi fortes que les images du poème qu’il récite, qu’il apprend, qu’il incante. Il demande aux passants de vérifier s’il récite bien le poème en leur remettant les feuilles milles fois pliées et dépliées. J’en suis encore tout émue. Comment entrer plus intimement et plus sincèrement en contact avec les gens qu’en leur récitant un poème d’amour? Castonguay récite, récite et récite encore pour en donner une prestation magistrale à la fin du film. Les mots commencent à prendre leur sens, mais à chaque écoute, à chaque relecture, un nouveau sens s’ajoute. J’apprivoise doucement La marche à l’amour.

Une des premières scènes, Castonguay se met à nu et plonge à l’eau. Voilà. C’est peut-être ça l’amour.

Alex marche à l’amour de Dominic Leclerc (bande-annonce) au Cinéma Excentris ! from Les Films du 3 mars on Vimeo.

Alex marche à l’amour, un film de Dominic Leclerc, avec Alexandre Castonguay.

À Excentris du 14 au 16 février 2014. Merci Excentris! Ça pourrait presque devenir une tradition à la Saint-Valentin.

nouveau venu de l’amour du monde
constelle-moi de ton corps de voie lactée

Gaston Miron, La marche à l’amour

Le film sera aussi projeté aux Rendez-vous du cinéma québécois, mardi 25 février 2014, suivi de l’événement Miron marche à l’amour.

En attendant, vous pouvez regarder l’incroyable documentaire sur Gaston Miron, Les outils du poète, réalisé par André Gladu en 1994, deux ans avant la mort du poète.

J’ai essayé d’aller jusqu’au bout d’une attitude de curiosité vis-à-vis de tout.

Gaston Miron, Les outils du poète

On peut aussi écouter les dernières strophes du poème en chanson

Je marche à toi, interprété par Chloé Sainte-Marie sur le disque Je marche à toi

Je marche à toi, interprété par Yann Perreau sur le disque Douze hommes rapaillés

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Cinéma, Littérature, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Alex marche à l’amour: le grand chavirement

  1. Ping : La liste de mes envies: tricoter sa vie | Curieuse d'idées

  2. Ping : Baragouiner sa vie tel Gaston Miron | Curieuse d'idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s