Goût, mémoire et démence: Get a revolver à DanseDanse

Programme culturel relevé en ce vendredi 14 février.

Source: PdA

Source: PdA

Souper au restaurant du Musée d’art contemporain, Le contemporain. Toujours à la recherche d’un nouveau restaurant dans le Quartier des spectacles, c’est grâce à la Lettre de la Place des arts que j’ai découvert ce restaurant méconnu. Le chef, Antonin Mousseau-Rivard, est le petit fils d’un signataire du Refus global. Situé à l’étage, dans de ce qu’on pourrait appeler une rotonde, il s’agit d’un grand espace ouvert, tout de blanc vêtu, sauf pour les chaises en bois orangé. Personnel courtois et accueillant. Menu élaboré, 4 services à 43$ (plus quelques extras selon vos choix). Un amuse-gueule, deux choix parmi la dizaine au menu, puis un choix de dessert. Plusieurs choix de vins bio ou de biodynamie. J’allais choisir un vin blanc à base de savagnin que m’a déconseillé le serveur, du moins en apéro, trop oxydé. En amuse-gueule, un excellent acra de morue bien relevé de plein d’herbes fraîches, trop vite englouti pour distinguer chacune des composantes. 1er choix de plat: une hallucinante courge au siphon. Il s’agit d’un potage tout aérien, garni de quelques morceaux de bacon et de mini-feuilles de persil. 2e plat: pétoncles au panais et foie gras. Je n’ai absolument pas goûté le fois gras, mais le panais était bien grillé et les 3 gros pétoncles, saisis et crus au centre. Bien maîtrisés, mais je me rends compte que les pétoncles, finalement, ce n’est pas mon plat préféré, sauf peut-être en sushi. Dessert: j’opte pour le dessert au chocolat, surtout qu’il est accompagné d’une glace au babeurre. Je ne me suis pas méfiée; le babeurre c’est salé et la glace l’est vraiment. Je vérifie auprès du serveur, eh oui, c’est voulu ainsi. L’effet sucré-salé ne me ravit pas trop, mais I. apprécie. C’est Céci qui a fait le meilleur choix de dessert à mon avis: un semifreddo accompagné de gingembre confit, d’ananas et de mini-feuilles de verveine qui explosent en bouche. On a dû se précipiter un peu pour la fin du repas, spectacle à 20h oblige. Somme toute, et contrairement aux autres revues gastronomiques que je viens rapidement de survoler, mais qui datent de 2013, sinon 2010, 2009, j’ai bien aimé l’ensemble. On récupère nos manteaux et on se précite à la 5e salle de la Place des arts, juste à côté. Pratique!

Source: dansedanse.ca

Source: dansedanse.ca

Get a revolver est un spectacle solo interprété par la danseuse, Brit Rodemund, créé par la chorégraphe Helena Waldmann, qui a fait des études théâtrales. Cette dernière a accompagné son père atteint de l’Alzheimer pendant une dizaine d’années. Suite au décès de son père, l’artiste décide de transformer cette expérience en une pièce émouvante et poignante qui traduit la perte de repères, de conscience que cause la démence. La danseuse, époustouflante, interprète une danseuse classique en proie à la démence. Clarté et ombre alternent constamment. Les souvenirs des différents âges de la vie, comme des différentes chorégraphies qu’elle a pu interpréter dans sa carrière ressurgissent ou s’évanouissent brusquement. Plusieurs aspects de la maladie, mais aussi de la vie, sont revisités: enfance, sexualité, vivacité, joie, absence, liberté, dépendance, mais aussi de grandes chorégraphiques comme Carmen ou le Lac des cygnes, les référents dépassant largement ma culture chorégraphique.

Une oeuvre qui pose un regard mélancolique et doux sur la maladie et fait figure de plaidoyer contre la rigidité des structures, des codes de conduite et des trajectoires qu’on s’impose parfois à soi-même.

Extrait du programme Danse Danse

Tout est interprété avec finesse et grâce, autant quand la danseuse est au faîte de la gloire, qu’au fond de la démence. La discussion après le spectacle a permis d’apprécier la profondeur de réflexion de la chorégraphe présente et l’étendue de la générosité de la danseuse, exténuée, mais aussi présente. Pour la chorégraphe, l’état de démence n’est pas que tragique; il présente aussi des aspects positifs qu’elle a accepté de suivre: cette libération des conventions sociales, par exemple, cette exploration de personnages, imaginaires ou disparus. Fait intéressant, il me semble que le spectacle a attiré l’intérêt et l’appréciation d’un nouveau public à la 5e salle: beaucoup de témoignages de gens qui accompagnent des personnes atteintes de démence, des personnes sensibles et ayant atteint, elles-mêmes, un certain âge. Admirable, vraiment. Tous les projets de Waldmann semblent avoir cette dose d’humanité; j’espère pouvoir en voir d’autres. Un vrai cadeau de la vie.

Letters from Tentland, produite à Téhéran pour six Iraniennes; Return to Sender, commentaire sur la politique d’immigration européenne interprété par six Iraniennes exilées; et Feierabend! – das Gegengift, délirant et anarchique antidote à la dictature de notre méritocratie moderne. Dans son captivant BurkaBondage, elle présente le voile musulman et le bondage japonais dans un rapport oscillant entre entrave et protection. Helena Waldmann travaille actuellement sur un projet appelé Made in Bangladesh avec 12 danseurs de khatak de Dhaka. Elle y traite de l’exploitation – non seulement dans les usines de textile, mais aussi chez les danseurs.

Extrait du programme Danse Danse

Get a revolver, une chorégraphie de Helena Waldmann, interprété par Brit Rodemund.
5e salle, Place des arts
11 au 15 février 2014. 20h.

Coïncidence. J’ai fini d’écrire cette chronique sur la musique de Daft Punk: Lose yourself to dance.

Publicités

A propos Curieuse d'idées

À sa naissance, elle entre dans le monde de la curiosité. Elle n'est pas à la veille d'en sortir!
Cet article, publié dans Danse, Restaurant, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Goût, mémoire et démence: Get a revolver à DanseDanse

  1. Ping : La liste de mes envies: tricoter sa vie | Curieuse d'idées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s